3/5 « Cyber-dissidence ». « Cyber-militantisme » : des mots qui feraient fuir plus d’un « cyber-sceptique » …

Sofiane, bloggeurOr derrière ces mots se trouvent des jeunes et des personnes qui ont œuvré  pour le processus révolutionnaire mondialement médiatisé. On a parlé de « révolution 2.0 », en réalité, ce que nous a surtout mis en avant Sofiane, blogueur de la première heure : c’est « l’intelligence collective » dont a fait preuve cette communauté surfant sur le net.

Dans un pays où l’école de journalisme, sous le régime de Ben Ali, n’enseignait plus l’investigation journalistique (car elle conduisait à la prison), les blogueurs ont pris le relai : ils étaient devenus des journalistes citoyens.

« Là où existe le pouvoir, il faut mettre le contre-pouvoir » - nous a exprimé Sofiane - : en absence de média qui joue ce rôle, il y a eu nécessité de créer de nouveaux moyens d’expression : les blogs, twitter, en étaient des exemples.

Notons qu’en Tunisie ; pour  12 millions d’habitants, il y a 3 millions d’abonnements (donc plus d’accès) : c’est énorme pour un pays en développement.

Aujourd’hui, les blogueurs sont toujours là et agissent pour la création de nouveaux clubs de « blogging ». Leur combat ? Rester vigilant et réfléchir à des labels de vérification de l’information.

Marie Poussard

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : https://blog.ccfd-terresolidaire.org/fsm/trackback/1728

Fil des commentaires de ce billet