Consommation à la carte…

Menu à la carte, voyage à la carte, composer soi-même son bouquet de fleurs ou définir son offre de téléphonie….. Les choix à la carte se multiplient. Et dans tous les domaines de nos vies…..Dans la Croix, récemment, le Président du syndicat national des lycées et collèges s’exprimait ainsi "les élèves devraient pouvoir passer un bac à la carte"….

Toutes nos envies, nos besoins, de la naissance à la mort, font l'objet d'un gigantesque marché parce que je le vaux bien, comme dit ce célèbre slogan publicitaire traduit en plus de 40 langues de part le monde! C’est bien agréable de choisir ce qui me correspond, cela participe à mon épanouissement, mais pratiqué à l’excès il y a des revers.

Tout ceci est possible par la toile – internet, des transports très abordables pour permettre à nos marchandises de sillonner la planète mais avec les conséquences que nous déplorons : gâchis énergétique, pollutions de notre environnement…..avez-vous remarqué que choisir à la carte coûte  aussi souvent plus cher et cela nous pousse à la consommation …l’addition peut faire mal….et puis cela change aussi notre manière de concevoir l'accès aux services, qui deviennent des prestations….exit peu à peu la notion de service public…..

Ce consumérisme à la carte gagne même une sphère plus immatérielle ….nos valeurs ! Il est bon en soi d’avoir des valeurs mais faire son packaging de valeurs peut aussi conduire à des replis identitaires ou des faux semblants… et puis que faire quand mes valeurs s’opposent à celles du voisin….des dérives graves peuvent advenir ….Se croire tout puissant, tout autorisé à faire, investi d'un pouvoir …. Certains au nom de leurs valeurs vont même jusqu’à tuer …

Peut-être que ce qui nous manque est de retrouver un sens commun….il est primordial de revenir à ce qui fait de nous une même humanité….une source de vie qui unifie et que les croyants appellent Dieu, l’accueil du mystère de la vie, la fraternité universelle …. La déclaration universelle des droits de l’Homme du 10 décembre 1948 est un socle…Dès son origine, le CCFD-Terre Solidaire s’est allié aux efforts des peuples qui ont  « proclamé, leur foi en la dignité et la valeur de la personne humaine » . Nous avons à relever le défi d’une démarche de solidarité internationale confrontée à la tentation de repli sur soi de la part des États et de pans entiers de la population européenne, dans un contexte de crise économique.

Face aux déchainements de violence, d’alertes climatiques, de remise en cause de nos principes fondateurs en Europe….il temps pour chacun de retrouver la tête froide et pour cela se poser – l’été peut être favorable - prendre du recul par rapport à l’information spectacle, réfléchir à nos responsabilités individuelles et collectives, sortir de nos schémas trop  individuels, prendre au sérieux notre interdépendance et sur la base des principes fondateurs qui nous unissent pouvoir repenser nos choix collectifs et individuels. Pour cela profitons des universités d’été et de lectures nourrissantes et éclairées, et pourquoi pas d’une pause loin de l’agitation du quotidien.  Comme proposition à noter, Cvx propose une université d'été "Entendre le cri des pauvres, entendre le cri de la terre, agir ensemble", du jeudi 18 au dimanche 21 août 2016, simultanément à Lille, à Saint-Hugues de Biviers, proche de Grenoble, et à Toulouse. Parce que l’humanité le vaut bien.