Mariages précoces

« Je m’appelle Sarah, j’ai 11 ans, je me marie demain… »

Demain Sarah sera privée de son enfance, de ses droits fondamentaux, particulièrement celui de choisir ; une vie brisée !

Dans le monde, toutes les 2 secondes a lieu un mariage d’enfants, le plus souvent des filles, de moins de 18 ans, quelquefois de 7 ans, avec des hommes beaucoup plus âgés !

Pourquoi ces mariages précoces ?
           - c’est la coutume, nous dit-on. Marier une toute jeune fille, c’est s’assurer de sa virginité, de sa moralité. Mais aussi c’est se débarrasser d’une bouche à nourrir, tout en assurant, en théorie, la sécurité de la jeune fille pour toute sa vie.
           - Dans des situations d’extrême pauvreté, la famille pense que ce mariage garantira à sa fille la sécurité financière, la mettra à l’abri du viol, de la violence, des trafics ; les situations de conflit favorisent les mariages d’enfants : ainsi en Jordanie, au Liban pour les petites syriennes réfugiées. En Syrie, où les mariages précoces existaient, leur nombre a triplé depuis la guerre, souvent avant de fuir en Jordanie pour protéger les jeunes filles du viol. Mariages avec des Syriens, des Jordaniens, des Arabes des pays du Golfe.

Que risque Sarah ? Que risquent toutes ces enfants ?
           - Le mariage précoce les expose à la violence et aux viols domestiques.
           - Le mariage précoce met leur santé et même leur vie en danger, à cause des grossesses dans des corps d’adolescentes. Les jeunes filles de moins de 15 ans ont 5 fois plus de risques de mourir en couche qu’une  femme de 20 ans.
           - Le mariage précoce signifie pour la plupart de ces adolescentes l’arrêt de leur scolarité. Sarah ne pourra pas être instruite, n’aura pas les outils intellectuels pour connaître ses droits et prendre sa vie en main.
           - Le mariage précoce est facteur d’augmentation de la mortalité infantile. Comment ces mamans trop jeunes pourront-elles, sauront-elles prendre soin de leurs petits bébés ?
           - Et quelle éducation Sarah si jeune donnera-t-elle à ses enfants, elle qui n’a pas eu le temps d’en recevoir ? Ainsi le cercle vicieux de l’ignorance et de la pauvreté se referme sur elle et sur eux.

Que faire ?

Espoir, grâce aux actions de la communauté internationale qui prône l’abolition du mariage avant 18 ans pour les filles comme pour les garçons, 103 pays ont adopté cette loi, dont des pays d’Afrique comme le Malawi et le Zimbabwe qui pourtant ne sont pas les premiers pour d’autres droits.

Grâce aux progrès économiques et à l’amélioration des conditions de vie, la pratique des mariages précoces recule à peu près partout dans le monde, mais rappelons que le premier outil est l’éducation de tous et spécialement des filles :

Autonomiser les adolescentes, qu’elles construisent des compétences pour leur vie et leur profession, ainsi moins d’avenirs brisés.