Si des hommes et des femmes n’avaient pas choisi de résister en 1940, contre l’occupant nazi où en serions-nous ? Leur engagement et don de soi a compté dans l’Histoire. Aujourd’hui, l’ennemi est plus diffus,  des groupes terroristes en différents endroits du monde s’attaquent aux populations civiles….obligeant des hommes, des femmes à migrer – on migrerait à moins…. et la méditerranée prend des allures de cimetière….jusqu’à quand ? Tandis qu’en Europe, on hésite à se mobiliser, on est gêné aux entournures….que faire de tous ces migrants ?…..on en vient même à mots couverts à regretter les dictatures dans certains pays….pour le semblant d’ordre que nous avions….

Alors, on essaye bien de trouver des solutions, mais bien souvent celles-ci visent seulement à endiguer ces vagues de migrants et empêcher les départs….Comment pouvons-nous penser qu’il est possible de contenir des femmes et des hommes affamés, menacés physiquement dans des pays dévastés sans perspectives d’avenir. Bien sûr des soutiens diplomatiques et des aides financières, voire militaires sont nécessaires mais cela demeure vain sans le soutien au développement. L’aurions-nous oublié…. La paix n’est pas possible sans la justice. La prévention des conflits armés de l'ONU est basée sur le développement : "lutter contre la pauvreté permettra non seulement de sauver des millions de vies humaines mais encore de donner aux États les moyens de combattre le terrorisme […]. Le développement renforce notre sécurité à tous."

Dans leur pays, les populations ont besoin de retrouver de l’espérance, des perspectives d’avenir, et cela passe par des activités génératrices de revenus pour les familles, l’accès à l’éducation, le soutien des identités culturelles et le respect des minorités….avec un développement qui respecte l’identité culturelle et le mode de vie des habitants. C’est le meilleur remède contre toutes les formes d’extrémismes.  N’oublions pas que nous partageons tous une  même humanité et que nous sommes appelés à partager une même planète.

Chaque migrant a un nom, un visage…. A l’appel d’un collectif d’associations, dont le CCFD-Terre Solidaire, des centaines de citoyens se sont réunis il y a quelques jours devant le Parlement Européen pour exiger un changement urgent dans la politique migratoire européenne, avec en main une liste de 100 mètres de long, portant les noms de 17306 personnes mortes entre 1990 et 2012 en essayant d'entrer en Europe, ils ont complétée cette liste avec leurs empreintes de mains peintes en rouge, pour symboliser les milliers de migrants (plus de 6000) morts depuis 2013 et notamment les plus de 1700 morts en seulement quelques mois de 2015. Avec un slogan : L’Europe est en guerre contre un ennemi qu’elle s’invente, remettons les droits humains au cœur de l’Europe”. A nous aujourd’hui de résister contre l’extrémisme et de défendre les droits humains, notre avenir commun en dépend !