L’AUTRE et la LAÏCITÉ

Dans les récents attentats en France, ce qui choque, c’est bien sûr cette atteinte à la vie… Mais il y a aussi cette violence inouïe de groupes extrémistes qui voudraient imposer leurs règles et menacer notre liberté individuelle et notre vivre ensemble.

Dans un tout autre contexte, j’entendais récemment quelqu’un dire : « Ce que dit l’autre m’intéresse, mais il n’y a pas à comparer. L’autre c’est l’autre, moi c’est moi…. »

….ce que je suis, ce qui est essentiel à ma construction personnelle ne doit pas être menacé…dans ces conditions je peux écouter l’autre sans danger dans ce qu’il dit, lui partager à mon tour mes convictions et vivre une rencontre.

L’autre a, outre son apparence physique……sa façon de voir, de s’exprimer, ses convictions, sa foi,  sa réflexion…..autant de composantes qui rendent chacun UNIQUE. Ce qui est unique reste unique et il y a une violence terrible à vouloir rendre semblable deux êtres si différents. Ces différences n’empêchent pas des convergences en termes de convictions…mais même s’il s’agit de convictions religieuses, pour autant que la foi rassemble, chacun conserve sa manière de prier, de vivre sa foi….. La rencontre et le dialogue passent par la construction de chaque personne humaine avec toutes ses composantes et leur préservation en société par les règles qui permettent le vivre ensemble. Il n’y a pas plus violent que de forcer l’autre à être comme moi, mais il n’y a pas plus désespérant non plus, car le regard de l’autre m’aide à m’avancer et à me construire. En chacun il y a une part de vérité. Certes, la rencontre interculturelle ou inter-religieuse peut être perturbante, c’est aussi le cas parfois en famille ou dans nos relations amicales,  car l’autre me bouscule….mais cela m’aide à sortir de mes certitudes toutes faites qui demandent à être  révisées, réajustées…. tel un arbre que l’on émonde, pour pouvoir mieux repousser.  Respecter l’autre et l’accueillir, c’est me respecter moi-même.

La laïcité est ce qui nous permet de vivre ensemble avec nos différences, elle est la garante du respect des convictions de chacun. Mais la laïcité est souvent mal comprise, il faut revenir à sa définition. Il nous faut aussi réfléchir à la mise en œuvre de la laïcité dans notre société….

Nous avons besoin de favoriser le débat citoyen en France sur cette question de la laïcité et de rétablir à l’école des temps d’éducation à la citoyenneté française. Les actions en faveur du lien social pour permettre une meilleure connaissance mutuelle entre les différentes communautés et groupes humains qui composent notre société doivent être encouragées. La connaissance est ce pont, qui  permet de passer par-dessus nos peurs, qui sont des obstacles à la rencontre et au vivre ensemble. C’est donc le souhait que je formule pour chacun de nous en ce début d’année : mieux connaître ce qui nous fonde – nos racines culturelles, religieuses, sociales et réciproquement mieux connaître l’autre, pour mieux nous rencontrer et vivre ensemble.