Cette semaine, la découverte dramatique de 2 cargos-poubelles, abandonnés en pleine mer par leur équipage de trafiquants, avec à bord des centaines de Syriens fuyant la guerre, hommes, femmes, enfants, promis à la mort si la marine et les garde-côtes italiens n’avaient pu prendre les commandes et remorquer les cargos vers des ports du sud de l’Italie, nous rappelle le sort terrible des migrants.

Au-delà de l’émotion bien compréhensible et du bruit médiatique, quelques remarques :

       saluons le courage des autorités et des populations italiennes confrontées depuis des années à des arrivées régulières et massives de migrants venus d’Afrique et de Syrie. Sauver, repêcher, accueillir, nourrir, répartir, loger en attendant d’examiner les droits de chacun à l’asile et à la circulation en Europe, car la plupart ne souhaite pas rester en Italie, mais désire accéder à un autre pays de l’UE. Voilà ce que fait l’Italie chaque jour et pas seulement pour les 800 migrants du Blue Sky M et les 400 de l’Ezadeen.

       soulignons l’horreur de découvrir des trafiquants super-organisés qui gagnent des millions de dollars sur la vie des migrants. L’Union Européenne va-t-elle laisser ce sinistre business prospérer en Méditerranée ?

Mais que faire pour toutes ces populations en butte à la guerre ou à la misère qui sont obligées de chercher ailleurs que dans leur pays une solution à leurs problèmes. Et pas seulement en Europe ! car si nous connaissons les migrants qui ont traversé mers, océans et milliers de kilomètres pour arriver à Calais ou en Sicile, en réalité la majorité des migrants se déplacent dans leur propre pays et vers les pays voisins : « un monde de camps ».

L’ONG Action Contre la Faim recense les crises majeures de ces derniers mois en insistant sur les populations déplacées :

       Crise syrienne : 2,5 millions de réfugiés, 6,5 millions de déplacés.

       Kurdistan irakien : 800 000 déplacés. 

       République Centrafricaine : des centaines de milliers de personnes ont fui dans d’autres régions du pays ou vers le Tchad et le Cameroun.

       Soudan du Sud : 1,5 millions de déplacés, dont 390 000 réfugiés en Éthiopie, Ouganda et Kenya.

       Ukraine : 1 million de déplacés et réfugiés.

Le 18 janvier 2015 sera la 101° journée mondiale du migrant et du réfugié. Rappelons le message du pape François : « à la mondialisation du phénomène migratoire, il faut répondre par la mondialisation de la charité et de la coopération, de manière à humaniser les conditions des migrants. » « Passons d’une culture du déchet et du rejet à une culture de rencontre et de partage. »