Agissons pour un Noël contre la Faim

A partir du 30 novembre, nous chrétiens sommes rentrés dans la période de l’Avent et nous préparons Noël. Noël ce temps privilégié pour les retrouvailles familiales, et au delà, qui invite à rechercher le sens véritable de Noël en s’ouvrant à la solidarité.

Ce temps si particulier d’attente, de veille, et d’espérance de l’Avent survient à l’époque de l’année où les nuits sont les plus longues. A partir de Noël, les jours rallongent petit à petit. La commémoration de la naissance de Jésus le 25 décembre, pendant le solstice d’hiver, marque aussi symboliquement le retour de la lumière et de l’espoir. « Noël est un fête de la foi et de l’espérance, qui surpasse l’incertitude et le pessimisme » rappelle le pape François.

En ce temps de l’Avent 2014, nous devons soutenir ceux qui espèrent et agissent pour un monde meilleur alors qu’ils semblent plongés dans l’obscurité : les victimes de la guerre qui défendent la paix ; les réfugiés et les migrants jetés sur les routes de l’exil « sans un endroit pour poser leur tête » comme le disent les Ecritures ; les petits paysans qui luttent pour survivre ; et ces mains anonymes qui fabriquent nos vêtements, peut être nos cadeaux, dans des conditions proches de l’esclavage en luttant pour leurs droits.

Nous devons soutenir à travers le monde  les nombreux acteurs de solidarité qui affrontent l’obscurité pour faire briller, malgré tout, une lumière d’espoir et d’espérance. Leurs témoignages nous montrent qu’il n’y a pas de fatalité.

En ce temps où chacun se prépare à la fête, le CCFD-Terre Solidaire rappelle que 805 millions de personnes souffrent toujours de la faim dans le monde, soit 1 personne sur 9 (chiffre FAO 2014) et que 3,1 millions d’enfants de moins de 5 ans en meurent chaque année. C’est la première cause de mortalité dans le monde, qui tue plus que le sida, le paludisme et la tuberculose réunis. Or notre planète pourrait nourrir tous ses habitants.

  Alors on peut « Agir pour une terre solidaire » en s’engageant durablement contre la faim en s’attaquant à ses causes : les paradis fiscaux qui détournent une partie des ressources nécessaires au développement des pays pauvres, la spéculation sur les denrées alimentaires, la production d’agrocarburants ou l’accaparement des terres qui privent les agriculteurs de cultures destinées à l’alimentation des populations.

Alors cette période de l’Avent est l’occasion de manifester notre solidarité : la bonne nouvelle est peut être la aussi : chacun peut agir pour que Noël ne soit pas la fête de l’entre soi, mais un signe d’espoir pour tous.

Agissons pour un Noël contre la Faim