En cette période de Noël, nous fêtons la naissance de Jésus dans une étable à Bethléem, en Palestine .
Aujourd’hui, Bethléem est devenue une grande ville de Cisjordanie et toute proche de Jérusalem annexée par Israël, mais le mur construit par Israël fait que chaque jour, des Non_a_l_expulsion_des_bedouins_du_sud_Israel.pngmilliers de Palestiniens doivent franchir les barrages et contrôles militaires israéliens pour aller travailler en Israël .
Enfermement, blocus, démolitions et déplacement forcés  de populations, accès inégal à l’eau, appropriation des terres palestiniennes pour les colonies et exploitation des ressources naturelles non renouvelables palestiniennes ont pour conséquence une absence de perspective ; l’Autorité palestinienne perd sa légitimité aux yeux de son peuple envahi par un profond sentiment d’injustice et de désespoir et compromet la possibilité d’une paix future.
Cependant, 20% de la population israélienne sont des Palestiniens de confession musulmane, chrétienne, druze qui n’ont pas été forcés de fuir en 1948, ils ont aujourd’hui la nationalité israélienne et s’élèvent  contre les actes d’injustice qui se produisent dans l’État d’Israël lui-même.

Les israéliens veulent faire de St Jean d’Acre une cité balnéaire, pour cela ils incitent les palestiniens vivant dans la vieille ville à en partir ou les expulsent, pour faire des hôtels et immeubles de luxe dans certains lieux historiques ottomans, qu’ils proposent à l’achat  dans le monde entier .

Une association, AKKA, soutenue par le CCFD-Terre Solidaire aide les palestiniens à faire valoir leur droit de réfugiés internes prioritaires pour accéder à la propriété, mais aussi, mobilise la population pour faire reconnaître sa culture à travers l’organisation d’un Festival.
Le Dr Thabet Abu Rass, professeur d’histoire, géographe à l’université, directeur de l’association israélienne ADALAH dénonce le Prawer plan voté en septembre 2011 qui veut urbaniser les bédouins et les cantonner dans 1% du territoire, sans eau ni électricité et souvent sans école, pour permettre la construction de 50 nouvelles colonies  israéliennes

Pour en savoir plus cliquez ICI.

et / ou en utilisant l'adresse mail suivante : <contact@plateforme-palestine.org>
 
Des raisons d’espérer ?
S’informer pour mieux comprendre, prier pour la paix , rejoindre les réseaux de solidarité existants, participer aux pétitions de la Plateforme, pèleriner autrement ou voyager solidaire en visitant les communautés locales, pour rompre leur isolement, et donner l’occasion de rencontrer des acteurs de paix, et ainsi  contribuer à l’économie palestinienne.