Un récent voyage dans le sud ouest de la France me fait poser quelques questions par rapport à ce que l’on voit et à ce que l’on dit. Je veux dire que certains thèmes comme l’aménagement du territoire, le développement durable sont tellement débattus, ressassés par les média que l’on finit par penser que tout est réalisé comme on l’annonce !

Dans une petite ville des Pyrénées à 400 m d’altitude, deux lourds semi remorques chargés de troncs d’arbres se croisent sur la route qui longe la voie ferrée envahies de hautes herbes : l’un vient de la route de la montagne l’autre s’apprête à y remonter ! Il y a des explications, certes mais quand on juxtapose les faits je vous pose la question :

Comment  comprenez-vous  ce qu’on appelle développement durable ?

En descendant d’un col, dans un virage qui offre un point de vue sur la vallée, un paysan s’arrête pour écouter les cloches de ses vaches. Je lui dis que je ne vois pas de prairie. Il m’explique que les bois ont envahi car les habitants sont partis, les maisons sont fermées, les villages se vident et même les cités thermales survivent par quelques remises en forme. Le phénomène n’est pas nouveau, et nous le connaissons bien  dans notre région. Mais en allant dans la région voisine, je l’ai retrouvé et je vous pose la question :

Comment  comprenez-vous  ce qu’on appelle développement durable et aménagement du territoire ?

Plus bas la désolation le long du Bastan qui devient gave de Pau, les maisons écroulées, les ponts emportés, les routes et chemins transformés en tas de cailloux amoncelés ici et là , les troncs et branches d’arbres épars au milieu du lit de la rivière devenu immense. Et près de cette maison dont il manque un pan,  son propriétaire est venu récupérer un arbre dans ce qui était son jardin. Ce désastre a des causes à la fois directes et indirectes, certes, mais nos voisins en sont victimes. Alors je vous pose la question :

Comment  comprenez-vous  ce qu’on appelle développement durable ?

Plus loin dans ce beau pays de Gascogne, une petite route ensoleillée : je peux facilement faire laver ma voiture grâce à deux arroseurs de champs de maïs installés de part et d’autre de la route. La chaussée est couverte d’eau gâchée. Pas très loin, des terres sont en jachère à côté de la rivière. Là aussi il y a beaucoup d’explications et de justifications. Alors je vous pose la question :

Comment  comprenez-vous  ce qu’on appelle développement durable ?

Nos partenaires du CCFD-Terre Solidaire nous disent que nous avons la chance de vivre dans un pays riche mais que nous devons rester vigilant pour ne pas le gâcher !