Amis auditeurs bonjour,

Heureux de vous retrouver après cette interruption estivale. Ce libre-propos me donne l’occasion de revenir sur un événement majeur de l’Église Catholique : les JMJ, et particulièrement sur les déclarations  du Pape François faites à cette occasion : déclarations qui nous encouragent à poursuivre nos actions de partenariat, d’éducation au développement et de plaidoyer au sein du CCFD Terre Solidaire.

Sans crainte de s’immerger, sans défense, dans une foule immense, composée de nombreux pauvres brésiliens, notre Pape François ose dire leurs faits aux dirigeants qui négligent leur peuple, à ceux qui, non seulement, ne partagent pas mais confisquent, par la corruption, des richesses qui devraient être consacrées au développement. Ecoutons le : « que chacun, selon ses possibilités et ses responsabilités, sache offrir sa contribution pour mettre fin à trop d’injustices sociales…. Ce n’est pas la culture de l’égoïsme, de l’individualisme qui peut  mener vers un monde plus humain, mais la culture de la solidarité qui voit dans l’autre non un concurrent ou un numéro mais un frère ». Ces fortes et simples paroles s’adressent à tous. Ce message pourrait se terminer par cette déclaration : «la mesure de la grandeur d’une société est donnée par la façon dont elle traite celui qui est le plus nécessiteux, qui n’a rien d’autre que sa pauvreté. Ces inégalités sociales et économiques intolérables qui crient vers le ciel ».

Nous ne pouvons qu’être admiratifs pour ce courage et cette témérité dont il fait preuve lorsqu’il ose s’en prendre directement aux narcotrafiquants  et qu’il nous dit : « combien de marchands de mort suivent la logique du pouvoir et de l’argent à n’importe quel prix ! La plaie du narcotrafic qui favorise la violence et sème douleur et mort, requiert un acte de courage de toute la société. L’Église est avec ceux qui luttent contre la dépendance chimique ».

Quand on sait avec quelle violence réagissent les narcotrafiquants du monde entier  lorsqu’ils sont attaqués, on peut penser que de telles paroles désignent le Pape François comme leur cible.

François manifeste ainsi son courage. Son message est clair : « Ces dirigeants corrompus, ces narcotrafiquants, sont des voleurs d’espérance ! »

Oui chers auditeurs, devenons tous des porteurs d’espérance !

Merci pour votre attention.