Diaconia 2013 à Lourdes

Ce que j’ai envie de partager des trois jours vécus à Lourdes :

-          impossibilité de transmettre, dans leur totalité, toutes les richesses de ce rassemblement ;

-          joie de se retrouver à 128 Corréziens de tous âges, provenances, conditions, convictions ;

-          étonnement de rencontres fortuites de personnes que je connais,  du CCFD ou d’autres, dans la grande foule présente à Lourdes : 12 000 pour Diaconia, plusieurs pèlerinages diocésains ou étrangers, des touristes, etc…

-          un temps convivial au point rencontre CCFD, rue du Bourg, avec l’accueil chaleureux de Lisette ;

-          de très beaux temps de rassemblement à la basilique Saint Pie X : ouverture de la rencontre, messe de l’Ascension, veillée festive, messe de clôture ; beaucoup de dynamisme et aussi de vrais temps de silence et de recueillement ;

-     symbolisation de la fraternité par le lavement des pieds ou un massage réciproques ;

-          difficulté de choisir où aller pour les deux temps réservés au village de la rencontre, en raison de la grande variété de propositions.

 

 

DSC_0206.JPG

 

J’ai participé au forum intitulé :« Quel regard je porte sur l’utilisation des ressources de la Création ? ». J’en retiens que « l’intelligence, les relations humaines, la culture, la spiritualité, l’éducation » étaient proposées parmi les ressources de la création, ce qui fut pour moi et mes voisins une heureuse surprise. De nombreuses bonnes idées ont été échangées et proposées : collaboration entre un établissement scolaire et une municipalité pour nettoyer une rivière, action de la Mission de la mer pour un pêche respectueuse des ressources, Aumônerie de la batellerie qui accueille des personnes démunies, transport solidaire en milieu rural, proposé, à la demande,  par des bénévoles, etc…Une affirmation d’ATD quart monde :  « Ensemble, nous ne voulons pas d’un développement séparé .» 

 

Au village de la rencontre, j’ai entendu le témoignage de deux Syriennes, une Palestinienne et une Irakienne. Elles nous ont demandé avec insistance de prier  pour les chrétiens syriens et pour tous les Syriens et de nous informer de façon objective sur la situation dans la région. Elles nous ont dit être opposées à toute fourniture d’armes à quelque camp que ce soit.

J’ai aussi entendu le témoignage de l’Evêque de Cahors au sujet de la présence de l’Eglise en milieu rural.

 

Pour la nuit des veilleurs, j’ai entendu l’évêque de Strasbourg, Monseigneur Grallet,  parler de l’Eglise et les pauvres avec Saint François et j’en ai retenu trois conseils : vivre en croyants, vivre en pauvres, vivre en frères.

 

Enfin, quelques phrases de conclusion :

-          J’ai besoins de toi ; j’ai confiance en toi ; alors, qu’est-ce qu’on fait ensemble ?

-          Voir avec les yeux de Dieu.

-          Va trouver mes frères et dis-leur…

-          Personne n’est trop pauvre pour n’avoir rien à partager et personne n’est trop riche pour n’avoir rien à recevoir.

 

Marie-Jo Evrard