Un nouveau monde s’invite à notre table :

A l’occasion du carême 2013, les équipes de la Région Auvergne-Limousin ont la grâce d’accueillir et rencontrer trois partenaires de projets CCFD-Terre Solidaire. Au même moment, l’Église  catholique (« universelle » en grec) reçoit un autre cadeau : un pape, François 1°, venu du Sud. Certaines de nos paroisses auvergnates reçoivent aussi des cadeaux sous forme de prêtres prêtés par des Églises du Sud.

Pour nous, Européens, voici des occasions de partager nos tables, y compris eucharistiques. C’est à la fois un cadeau et une provocation pour « changer nos cœurs » et nos regards ! Sur quels registres ?

D’abord, un décentrage de nos visions : nous étions habitués à nous prendre comme références de la civilisation ou de la prospérité. Voilà ces deux tranquillités bien bousculées : si vous lisez l’histoire des manuscrits de Tombouctou, vous découvrez un pan d’humanité et de culture qui nous avait échappé ! Si vous écoutez comment l'Union Européenne se montre aussi prompte à économiser sur le budget de l'aide alimentaire, qu’à taxer l’épargne de citoyens chypriotes ordinaires qui ne sont pas tous des évadés fiscaux, vous doutez alors de notre capacité politique à prendre des décisions équitables et sérieuses. Oui, aujourd’hui, les autres mondes nous montrent des voies différentes et respectables.

Ensuite, un questionnement sur nos modes de fonctionnement : lorsque vous écoutez Florence nous dire avec quelle force elle défend la vie en Afrique centrale, au sens le plus basique et dans des conditions très dures, vous comprenez que la fabrication et le commerce des armes, comme les nouvelles technologies, dont nous sommes un acteur mondial prospère, ont des conséquences fortes et négatives sur d’autres populations. En écoutant Cosme, nous découvrons que le Brésil, pays émergé, peut aussi tuer des leaders paysans qui défendent une utilisation correcte de la terre, au risque de contrarier des projets décrits comme formidables. En rencontrant Khamsouane, nous sommes plongés dans les enjeux de cette Asie peuplée et dynamique, où des agriculteurs et artisans, des femmes et des hommes, s’organisent pour vivre dignement. Chez eux comme chez nous, la répartition des revenus et le respect des populations restent des batailles à poursuivre.

Enfin, un appel à un partage renouvelé de fond en comble : que le message de Jésus Christ nous soit aujourd’hui rappelé par des partenaires, des prêtres, ou un pape, tous venus du Sud, est une occasion de conversion forte. Se convertir, c’est se retourner vers soi, et aussi changer de regard et de comportement envers l’autre, qui nous est désigné comme notre frère. Le partage peut se manifester à travers nos dons monétaires (ni négligeables ni interdits !). Il peut aussi se traduire dans notre écoute attentive de ces témoignages et appels, à l’occasion d‘échanges et repas conviviaux : nous sommes invités à trouver une nouvelle posture de chrétiens dans le monde de ces temps nouveaux ouverts sur l’avenir. 

Bonne journée à vous qui nous écoutez !