Cosme CAPISTANO DA SILVA nous a lu un texte de sa composition, ceux qui ont eu la chance de l'entendre trouveront certainement bien pâle cette traduction mais il est impossible de transcrire ici tout ce qu'il transmet quand il le dit.

Sur cette  terre promise,
D’où émergent tant de vies et d’où nous tirons le pain ;
Avec la cupidité des hommes,
Le projet change de nom pour tromper la nation.

Cette terre - ci,
Cette terre - là,
Terre riche,
Terre belle, que Dieu nous  a  laissée.

Mais avec cette soi-disant croissance,
Ce qui augmente, c’est la souffrance,
Obligeant de nombreuses voix à se taire pour toujours.
Là où il y avait une forêt dense, aujourd’hui se trouvent de grandes propriétés.

Personne ne reconnait plus rien.
Les grands barrages,
Les grandes retenues d’eau,
Détruisent la nature et tuent les animaux.

La terre pleure,
La terre souffre,
Son climat change soudain, de fortes pluies et des orages.

Peut-être que ce sont des signes,
Comme une mère qui perd ses enfants ?
Des enfants qui ne reviendront plus jamais.

COSME CAPISTANO DA SILVA   (Région de l’Acre, Brésil )

Carême 2013