‘’J’ai placé devant toi la vie et la mort, choisis la vie…’’

Parce que sa volonté de défendre la dignité des  personnes est plus forte que son propre confort, parce qu’elle  ne peut se résigner à l’exploitation des enfants, parce que les conditions faites aux femmes du Congo doivent être dénoncées,  parce qu’elle considère que l’on doit combattre les conditions inacceptables du travail dans les mines, Florence a fait le choix de la vie face à ce qui détruit. Au risque de la sienne.

Nous avons été impressionnés par la douceur et la force de Florence.

Cette douceur qui permet la rencontre et le réconfort ; cette douceur qui est une invitation à la paix à laquelle elle aspire tant pour son peuple.

flo_web_eric.jpg

Cette force ancrée dans la certitude de la justesse de son combat ; cette force enracinée dans les convictions claires qui l’animent ; cette force tirée de la grande foi qui la nourrit.

C’est une leçon que nous avons reçue, mais pas de ces leçons qui nous laissent inertes ; non, de ces leçons qui nous remettent en route.

Comme le petit colibri du conte amérindien qui s’acharne à éteindre le grand incendie de l’Amazonie avec la petite goutte d’eau qu’il peut apporter, Florence prend sa part pour éteindre l’incendie de notre monde. Et nous invite, avec douceur et force, à prendre la nôtre.

Merci.

Eric FAIVRE,

Président de la délégation du CCFD-Terre Solidaire de l'Allier