En ce temps d’hiver, je vous propose de partir sous les tropiques pour décrire une action que soutient le CCFD-Terre Solidaire.

C’est un pays : le Laos  ou précisément la République Démocratique Populaire Lao d’une superficie d’environ moitié de celle de la France avec 6 millions et demi d’habitants dont 44% a moins de 15 ans.

C’est une association Partenaire l’ASSOCIATION POUR LE SOUTIEN AU DEVELOPPEMENT DES SOCIETES PAYSANNES.
 
C’est un projet dont l’intitulé de l'action est  APPUI AU DEVELOPPEMENT DES COMMUNAUTES PAYSANNES DE PHOU SANH.
La montagne de Phousanh Noy se situe, dans la province de Xiengkhouang  au nord est du Laos, la zone la plus isolée de la province, accessible qu'en 4X4.

Ce sont des bénéficiaires pauvres, dispersés, vivant depuis toujours de la riziculture inondée dans les bas fonds et de la riziculture sèche sur les versants des montagnes. Auparavant un revenu complémentaire non négligeable provenait de la culture du pavot. Depuis plusieurs années, le gouvernement a interdit le brulis pour la riziculture sèche et la culture du pavot. Les conditions d'existence sont alors devenues précaires pour les paysans dont beaucoup partent tenter leur chance en ville.

 C’est défendre l’accès à la terre par des titres fonciers communaux  qui confirmeraient le droit des communautés à accéder aux ressources naturelles,  à les récolter, et à éviter les concessions cédées par l’Etat aux pays voisins (Chine, Thailande et Vietnam) pour le développement de grandes plantations industrielles.

  C’est viser la sécurité alimentaire et sécuriser les revenus en proposant des alternatives aux paysans afin de développer de nouvelles cultures telles que le thé ou les fruits de la passion qui ont des débouchés assurés et valorisent leurs terres. Cela passe par des formations des producteurs à la plantation, à l'exploitation à la préparation d'engrais biologique, et à l'apiculture jusqu’à l’équipement des ruches et la construction d'un laboratoire pour fabriquer de la propolis.

C’est l’accès à l’énergie par la construction d'une dizaine de barrages en gabion en 2012 pour irriguer plus de 400 hectares supplémentaires de rizières et fournir l’électricité à 238 familles. Cela passe par des actions d'éducation au développement pour des fonctionnaires provinciaux, des associations, des professeurs, des lycéens et des villageois qui ont travaillé collectivement pour ce bien commun.

C’est élaborer un plaidoyer en faveur de l'adoption par les autorités locales de pratiques équilibrées en matière de respect d'environnement, de justice sociale et de réduction des inégalités.

C’est une rencontre fraternelle  et je vous invite à venir écouter  M. Sisouvang Khamsouane directeur de cette ONG soutenue par le CCFD-Terre Solidaire.