Mardi 12 février les bénévoles du CCFD-Terre solidaire se sont retrouvés une vingtaine à Tulle pour la troisième assemblée diocésaine de l’année 2012-2013. Cette rencontre commence toujours par un moment convivial de pique nique pris en commun, occasion de prendre des nouvelles de la vie des équipes locales et aussi des absents. Comme c’était le mardi gras l’ambiance était particulièrement détendue. Ceci n’a pas empêché que  le travail qui a suivi soit sérieux.

Un retour sur la rencontre du 12 janvier sur « l’accès à la terre ici et là-bas » a permis d’exprimer la satisfaction générale pour cette journée, l’importance de la participation de personnes extérieures à l’association et le regret pour un effectif un peu réduit. Le point a été fait sur la future immersion au Laos, la préparation des rassemblements Diaconia en Corrèze puis à Lourdes et sur la poursuite de la campagne de l’Ethique sur l’Etiquette pour le droit des travailleurs cambodgiens.

 

Cependant, la plus grande partie de la soirée a été consacrée à la préparation de la venue d’un partenaire brésilien qui sera en Corrèze du 17 au 24 mars. Il fait partie de la Commission Pastorale de la Terre (CPT) de la région de l’Acre, située à l’ouest du pays, association accompagnée par le CCFD-terre solidaire depuis 1980. La CPT a été créée en 1975, par l’Eglise catholique. Le Père Dominicain français Henri Burin des Roziers en est l’un des pionniers. « Travaillant en réseau dans tout le Brésil, elle se veut être une présence solidaire, prophétique, œcuménique, fraternelle et affective, auprès des peuples de la terre et des eaux, pour stimuler et renforcer leur rôle d’acteurs. » Elle soutient les paysans dans le cadre d’une lutte sans merci pour la terre sur tout le territoire brésilien, avec des actions de formation, d’appui à l’organisation, de conseil et de défense légale, de publication d’un rapport

annuel sur la violence rurale, de lutte contre le travail esclave.

 

Cosme_Capistano_Da_Silva-CPT_Acre.JPG

 

 Delphine Hyvernaud-Pradeaux, chargée de mission du CCFD-Terre solidaire pour la région Auvergne – Limousin a informé les personnes présentes de la situation difficile dans laquelle se trouve la CPT, particulièrement dans la région de l’Acre. Le personnel de l’association et ses bénéficiaires sont soumis à des tensions extrêmes, plus particulièrement depuis le 19 janvier. La CPT de l’Acre a subi 6 intrusions nocturnes violentes dans ses bureaux en deux ans, avec vol de documents et messages menaçants sur les murs. Les deux dernières agressions ont eu lieu fin janvier. Le partenaire qui viendra en mars, Monsieur Cosme Capistano da Silva reçoit des menaces de mort depuis 2011. Qu’est-ce qui explique tant de violence ? Dans la région de l’Acre, reculée par rapport au pouvoir central,l’état de droit est très faible et la pression sur les ressources naturelles y est très forte. En particulier, les terres qui ont été attribuées aux petits paysans par une réforme agraire récente sont convoitées par les grands propriétaires qui déforestent à grande échelle pour cultiver du soja, très demandé au niveau mondial. Face à cette situation, l’équipe de la CPT est terrifiée, déroutée, épuisée, mais décidée à continuer sont travail pour le droit à la terre et à l’auto suffisance alimentaire des petits paysans.

Il semble important aux bénévoles du CCFD corréziens que tous soient informés sur cette situation qui ne fait pas la une des medias. Dans une prochaine édition, on trouvera des précisions sur la personnalité de Monsieur Cosme Capistano da Silva et les rencontres possibles avec lui.

Que chacun profite de ce temps de Carême pour ouvrir plus largement son regard sur le monde !