Deux pays, deux continents, une planète… les kilomètres à parcourir n´ont pas d´importance puisque la manière de se rafraîchir, de renouveler, de revivre, d´entrelacer nos forces et de s´unir peuvent se comparer aux vents… ces vents qui viennent et qui vont, qui apportent  des messages, les emportent et à nouveau les rapportent ici et là. C´est une manière d´alimenter les vies, de permettre que l´esprit de non-conformisme et le désir d´un monde différent se maintiennent en chacun et chacune d´entre nous, ici et là-bas ; que les frontières à certains moments se convertissent en un problème des gouvernements et non des personnes qui habitent le monde. Ce sont deux régions habitées de femmes et d´hommes de nature diverse, de diverses conditions, de diverses croyances, d´options diverses. Femmes et hommes qui ont vécu de manière différente, qui se sont construits à partir des coïncidences, à partir des consonances, à partir de la diversité également… qui vivent, sentent, construisent le monde à la mesure de toutes et tous, pas seulement à leur propre mesure. En même temps, des êtres qui de l´intérieur de chacun et chacune tissent des liens de solidarité. Le monde

est notre foyer ou si l´on veut, c´est notre maison. Deux régions avec chacune ses dynamiques et ses vies particulières, avec leur magie et leur charme particulier, sa propre pauvreté, ses carences originales, saisons ou non, montagnes de toutes les altitudes et profondeurs.

Deux régions qui s´unissent dans l´indignation face à la pauvreté, dans la préoccupation pour chaque être humain qui habite nos territoires ; l´illusion et l´espérance d´un monde meilleur nous unissent.

Là-bas (ndlr : en France), dans cette région, de l´autre côté de l´immense océan, là ou la vie semble s´écouler avec une magie différente, là-bas avec ces hommes et femmes qui comme tant d´autres personnes dans le monde, rêvent qu´ensemble nous puissions construire l´espérance avec la certitude et la conviction que nous pouvons dépasser la géographie, les frontières et nous retrouver dans la sphère du sublime et digne.

Là-bas, dans cet autre lieu qu´il y a peu me semblait un tant soi peu étrange, j´ai retrouvé cet autre souffle, ce courage, cette compagnie, cette force et cette énergie dont nous avons besoin ici pour continuer le rêve.

Là-bas ou la conception de justice s´enivre de nouvelles formes, prend et reprend les couleurs qui lui permettent de se couvrir, se revêtir et aller de par le monde à sa façon… sans jamais perdre son essence universelle.

Là-bas, avec Marie-Claude et Daniel, Delphine et Olivier, Martine et Éric, Odette, Anne, Bernard, Agnès, Brigitte, Anne-Marie Gardes et Rolland, avec les autres personnes qui nous ont accompagnés à des moments de convivialité lors des repas,

et qui avec leur énergie ont contribué à la chaleur des rencontres. Là-bas et avec vous dont le respect, l´amour, l´humour et les rires, la confiance et l´espérance ont inondé tous et chacun des espaces : les foyers, les aliments, les promenades,

les autoroutes, les visites, les interviews. Ici et là-bas, deux lieux depuis lesquels on construit la dignité, où l´utopie est l´horizon que nous contemplons ensemble, où l´imagination nous permet de nous sentir proches, où la vie est le chemin

et sa finalité.

Ici et là-bas, où le rêve, l´alchimie et le rire font partie de la vie quotidienne sans distinction.

Ici et là-bas, comme des artisans du monde, nous labourons jour à jour le respect, la tolérance, la liberté, la reconnaissance de la diversité.

Ici et là-bas, où les institutions sont le moyen, un moyen qui donne la vie et met l´horizon à notre atteinte, donnant lieu à la passion et permettant de cimenter l´éradication de guerres, de pauvretés, d´injustices et de discriminations.

Tout cela et beaucoup plus…, beaucoup plus parce que les paroles ne suffi sent pas et ne permettent pas d´exprimer ce que j´ai ressenti et qui reste dans chaque coin de mon corps après avoir parcouru le territoire de Limoges, Clermont-Ferrand, Moulins… et après avoir partagé avec toutes ces personnes qui ne mettent pas de limites à l´amour.

Muchas gracias

Et à toutes les autres personnes qui d´une manière ou une autre, m´ont accueillie et m´ont permis de vivre la solidarité en vif et en direct.

Con mucho amor

* Centre de recherche et d’information pour le développement,

dont fait partie le CCFD-Terre Solidaire

« La solidarité est