Solidarité, espérance !

Au milieu du chaos des guerres, des catastrophes, de la mondialisation, du chômage, de la morosité du  boulanger, du buraliste, émergent, si on les cherche, des réalisations solidaires riches d’humanité.

Connaissez-vous

à Nantes la société S3D (Solutions Déchets et Développement durable) qui aide ses clients agriculteurs, industriels et collectivités locales, grâce à son expertise, à convertir les déchets organiques en électricité, chaleur, biocarburant ? Économie, compétitivité et moins d’énergies fossiles.

Connaissez-vous

« A la librairie » une librairie fondée en 2012 à Bobigny, pour favoriser l’accès à la culture du plus grand nombre, avec le soutien de financeurs solidaires : entre autres 5 clubs-Cigales dont l’objectif est de créer des lieux de vie et des emplois non délocalisables dans les quartiers défavorisés ?

Savez-vous

qu’à Erbil, au Kurdistan irakien, à côté de 2 camps accueillant des réfugiés chrétiens, cinq boulangers, eux-mêmes réfugiés, font cuire les galettes que les Irakiens consomment à tous les repas. La boutique ne désemplit pas : proche des camps, le pain y est 20% moins cher qu’en ville. Grâce à Fraternité en Irak, ce projet pour des déplacés est mis en œuvre par des déplacés et fait vivre 5 familles ? et bientôt un salaire pour 4 autres boulangers ; nouvel objectif une bibliothèque et un espace de jeux pour les enfants !

Savez-vous

que l’association GNV (Génération Non Violente) de Casamance propose un programme très structuré pour faire baisser et stopper la violence chez les jeunes dans un pays où les conflits armés n’ont pas cessé depuis des décennies ?

Savez-vous

que Ramzi Aburedwan, jeune palestinien qui a pu étudier la musique en France, s’emploie à faire partager la musique et la pratique instrumentale à Ramallah, à Jenine et dans les camps palestiniens ?

Plus près aussi, Hélène, de l’association Voisin Malin, grimpe les étages pour relayer les infos de la municipalité auprès des habitants de grands ensembles de l’Essonne et crée des liens à travers le tri sélectif ou les problèmes de l’eau.

Des cadres expérimentés de l’association Nos quartiers ont des talents aident de jeunes diplômés des quartiers difficiles à trouver un emploi à la hauteur de leur qualification.

A Lyon et Grenoble, Kaps (Kolocations à projets solidaires) demande à des étudiants de s’investir dans la vie du quartier en échange d’un loyer modéré. L’initiative lancée par l’AFEV (Association de la Fondation Étudiante pour la Ville) permet échanges, projets, lien social. Et tant d’autres participent anonymement au mieux vivre ensemble.

Comme l’écrit Guy Aurenche du CCFD-Terre Solidaire : « La solidarité n’est pas un luxe, mais la seule solution réaliste aux problèmes rencontrés : chômage, terrorisme, dictature de l’argent-roi. »